6 bonnes raisons de faire un voyage humanitaire au secondaire

Au cours du secondaire, nous avons souvent l’opportunité de participer à des voyages. Il peut s’agir de voyages culturels (Italie, France, New York, Toronto, etc.), de voyages de plein air ou de voyages humanitaires (Pérou, Chili, Cuba, etc.).

S’il y en a un que je peux te conseiller de faire durant ton secondaire, c’est bien le voyage humanitaire. En secondaire 4, j’ai participé à un voyage de deux semaines au Pérou. Je ne sais plus comment l’envie s’est manifestée. Probablement parce que je m’impliquais déjà dans plusieurs activités à l’école et que la destination m’intéressait. Bref, je suis entrée dans le processus d’inscription et j’ai été choisie. J’ai douté jusqu’à la toute dernière minute, mais je suis finalement partie. J’ai trouvé ça difficile, mais enrichissant. C’est une expérience que je n’oublierai jamais.

Voici donc pourquoi je te conseille de suivre ce parcours et de tenter l’expérience à votre tour! Évidemment, je me base sur ce que j’ai connu, ce n’est pas pareil dans toutes les écoles, mais ça peut donner une bonne idée.

 

1. Avoir une meilleure ouverture sur le monde

Un peu comme tous les voyages, voir un nouveau pays ou une nouvelle région augmente nos connaissances sur le monde. Non, tout le monde ne vit pas nécessairement comme nous en Amérique du Nord, et même si on le sait, ça peut faire du bien de se le faire rappeler.

 

2. Voir le pays sous l’angle des locaux

Lors d’un voyage culturel, on se tient la plupart du temps uniquement avec le groupe avec lequel on est parti en voyage. On vit à l’hôtel, on mange dans des restaurants et on fait plein d’activités, avec des guides par exemple. Le contact que nous avons avec la communauté locale n’est pas mis de l’avant, nous pouvons avoir des discussions dans un restaurant, ou demander une information, mais ça se limite pas mal à ça!

À l’inverse, au cours d’un voyage humanitaire, on a souvent davantage la chance d’être en contact avec les citoyens. Ce sont eux qu’on rencontre, qu’on aide. C’est avec eux qu’on travaille pour bâtir des projets, et parfois c’est même chez eux qu’on habite!

 

3. Être confronté à une autre culture, un autre mode de vie

Un peu dans le même sens, ce type de voyage nous permet d’être confrontés à une autre culture. On découvre des produits, l’alimentation locale, la musique et les habitudes de la vie courante.  Aussi (et c’est super cliché à dire), mais c’est le type de voyage qui nous fait réaliser à quel point nos rythmes et modes de vie sont différents en Amérique du Nord, versus les pays plus au Sud. Les gens se contentent de beaucoup moins de nous, mais sont heureux. C’est inspirant, et réflexif au retour…

 

4. Profiter de l’encadrement qui est offert au secondaire

Honnêtement, je pense que le secondaire c’est vraiment le meilleur moment pour faire l’expérience d’un voyage humanitaire. On n’a pas de soucis logistiques, tout est déjà pensé pour nous. On est bien encadrés dans le processus, du début à la fin. Par exemple, on a eu des cours d’espagnol durant un an, une fin de semaine d’activité pour développer la chimie de groupe et un soutien dans le côté monétaire du voyage grâce aux campagnes de financement.

Ça dépend surement des gens, mais moi ça me rassurait d’avoir un bon encadrement et d’être avec des adultes en qui j’avais confiance qui accompagnaient le groupe.

 

5. Contribuer à sa manière à rendre le monde un peu meilleur

Ce type de voyage a souvent une mission précise. Ça peut être d’aider à construire un bâtiment, travailler dans les champs ou faire du tutorat. Ce sont des gestes par lesquels on peut réellement voir l’impact de notre présence auprès des habitants. Notre voyage n’aura pas été vain puisqu’on aura contribué à un projet qui leur tient à cœur.

Pour ma part, dans mon voyage, il n’y a pas eu de réalisation concrète comme telle et c’est probablement ce qui m’a le plus déçue. J’aurais aimé savoir que je laissais ma trace en quelque sorte. Mais, nous avons visité et joué avec les enfants de différents orphelinats, alors il s’agissait d’une contribution aussi importante.

 

6. C’est une expérience à vivre une fois dans sa vie

Si tu n’as qu’un seul voyage à faire pendant ta scolarité, je te conseille le voyage humanitaire. Oui, un voyage en Europe ou aux États-Unis peut toujours être trippant, découvrir les lieux dont on entend souvent parler, mais c’est un type de voyage que tu risques plus fortement de refaire lorsque tu seras adulte. Tandis qu’un voyage humanitaire, c’est un peu moins facile à organiser.

En le faisant, tu verras si oui ou non tu aimes ce type de voyage et tu seras fixé pour tes prochaines destinations!

Si tu hésites encore, demande à un(e) ami(e) de t’accompagner et fonce!

 

Pour bien choisir la destination de prochain voyage, inscris-toi à notre infolettre!

Commentaires

Shanna Sarrazin-Laverdure Bachelière en communication et en éducation, elle cultive des intérêts variés. Curieuse, elle est toujours à l’affût des nouvelles tendances des médias.