Augmenter sa productivité et sa créativité selon The Artist Way

L’artiste, qu’il soit peintre, danseur ou écrivain, a ses moments de doutes et de remises en question. Au moment de créer, il se demande si ce qu’il fait est bon, si c’est beau, si c’est pertinent. Quand il libère la bête, il craint la critique, le rejet ou pire, l’indifférence. Mais une période bien angoissante se trouve aussi au tout début du processus créatif. Vous savez, ce moment typique de l’écrivain devant une page blanche? Où trouver cette satanée «inspiration»? Et comment la conserver? C’est à ces questions que tente de répondre l’ouvrage The Artist’s Way.

 

Trois pages chaque matin

Publié en 1992 par l’auteure Julia Cameron et vendu à plus de 4 millions d’exemplaires, The Artist’s Way propose deux techniques d’une désarmante simplicité pour éveiller notre créativité.

D’abord, Cameron nous parle des Morning Pages qui consistent à écrire à la main, chaque matin, trois pages de texte. Pas question ici d’écrire de la grande prose ou un roman de science-fiction. Vous devez simplement écrire ce qui vous passe par la tête ce matin-là. Laissez-vous aller, laissez courir votre stylo, «peu importe ce qui vous vient à l’esprit». Ces pages ne sont pas rédigées dans le but d’être lues – ni par vous ni par qui que ce soit. Donc, aucune raison de vous censurer.

Cameron vous prévient: la plupart du temps, vos pages matinales seront composées de pensées négatives, d’apitoiement, voire de colère. Et c’est tout à fait normal. C’est même le but de l’exercice, évacuer cette négativité qui se dresse entre vous et votre esprit créatif.

 

 

Le Censeur

Cette négativité, Cameron la surnomme le Censeur; un critique désagréable et perfectionniste qui se manifeste dès qu’on entreprend un projet. Situé dans la partie gauche de votre cerveau, le Censeur vous envoie un flux constant de remarques négatives qu’on peut confondre avec… la vérité.

Les pages matinales permettent de laisser le Censeur bavasser et d’ensuite passer à autre chose. Le Censeur, c’est notre partie cérébrale, logique. Et il a beaucoup de mal à comprendre tout ce qui est hors du commun, nouveau et différent. Bref, tout ce qui est créatif.

L’auteure impose une règle importante: les pages matinales ne sont pas négociables. Peu importe votre humeur. «Nous pensons tous qu’il faut être dans un état d’esprit particulier pour écrire. C’est faux.»

Et si vous n’avez rien à écrire? Écrivez-le. Tout simplement. Jusqu’à ce que vous ayez barbouillé trois pages.

 

Une date… avec vous-même

La deuxième étape s’intitule The Artist Date. Si la première étape, celle des pages matinales, vous permet d’évacuer tout ce qui se dresse entre vous et votre créativité, la deuxième sert au contraire à vous ouvrir à toutes les formes d’inspiration possibles.

Cette étape consiste à vous réserver une période de temps, en solitaire, chaque semaine, pour nourrir votre créativité. Choisissez un moment précis, inscrivez-le à votre agenda et respectez cet engagement.

Avec un horaire chargé, il peut sembler fou d’imaginer trouver du temps pour une date créative chaque semaine. C’est d’ailleurs ma première réaction. Mais Cameron voit de la résistance dans cette réaction. Pire, elle y voit la peur de se retrouver seul avec soi-même. Elle nous dit que cette date est cruciale pour notre créativité et ne devrait donc pas être remise en question.

Contrairement à ce qu’on peut penser, ces sorties n’ont pas à coûter un dollar. Vous pouvez marcher en forêt, vous rendre dans un quartier ethnique inconnu, flâner dans un magasin d’antiquités ou même visiter une église gospel. Les possibilités sont infinies.

 

 

Nourrir sa créativité

Finalement, il est possible de stimuler sa créativité au quotidien. La partie créative de votre cerveau a besoin de goûter, de sentir, d’entendre, de toucher et de voir. Pensez magie. Pensez plaisir. Explorez. Approfondissez un sujet qui vous intéresse, résolvez un mystère qui vous intrigue.

Par ailleurs, les activités répétitives (tricoter, couper des légumes, faire la vaisselle, prendre sa douche) apaisent le cerveau et le font passer de sa partie logique à sa partie créative. Enfin une bonne raison de faire la vaisselle! Puis, Cameron mentionne que les meilleures idées de films de Steven Spielberg lui sont venues pendant qu’il conduisait… Ça me semble être un argument béton pour se planifier un roadtrip cet été.

Alors voilà, dès demain matin, vous pourrez rédiger vos premières pages matinales et planifier votre première date créative. Toutefois, il faut se le dire, le plus important reste quand même de vous accorder du temps pour créer. Ça, ne le remettez pas à demain.

 

Pour augmenter ton niveau de productivité, inscris-toi à notre infolettre!

Commentaires

Sophie Prévost Abitibienne ironique, elle adore voyager et enseigner. L'écriture est sa plus saine dépendance et l’humain, sa plus grande source d’inspiration.