0

Croire en soi: aussi facile qu’on le croit?

« La vie c’est court, mais c’est long des p’tits bouts. » – Dédé Fortin

J’avais cessé d’exister, j’avais cessé d’y croire, au bonheur, aux rêves, aux aventures, aux belles imperfections. Tout ce que je voyais c’était le noir, les pensées qui défilent et qui n’arrêtent jamais, les malchances, le laid. Je venais de passer un p’tit bout long.

La vie se moque parfois de nous et nous crie en pleine face: «Je te l’avais dit.» Alors oui, chère petite voix, tu me l’avais dit, mais je ne voulais pas t’écouter parce que j’ai une tête de cochon. Tellement, qu’il faut que je me rende jusqu’à la fin-fin-fin d’une relation pour être certaine de mon coup et même rendu là, je ne le suis pas encore. Si j’ai de la difficulté à laisser les gens entrer dans mon univers, j’en ai aussi à les mettre dehors lorsqu’il le faut.

Je ne suis pas sûre de vouloir mettre fin aux relations parce que je me souviens des beaux moments. Je reste attaché aux souvenirs alors que le présent me démontre une tout autre réalité.

 

 

Malgré tout, je m’ennuie de mon partner de vie, de celui avec qui je riais. Je m’ennuie de dormir en cuillère et d’échanger les rôles de la petite et de la grosse. Je m’ennuie d’avoir quelqu’un qui me demande ce que je veux manger. Tu sais, il me manque, mais honnêtement, je suis mieux toute seule.

Je suis mieux toute seule, parce que j’ai encore des problèmes assez importants à régler et ça, il n’y a que moi qui peux le faire. Je suis mieux toute seule, parce que j’ai enfin compris que je valais mieux que ça, que le respect, l’honnêteté, la confiance et l’authenticité faisaient partie de mes valeurs. Je suis mieux toute seule, parce que je peux garder mon énergie pour les personnes avec qui je ne porte pas de masque, celles qui me remontent le moral. J’apprends, j’avance et j’évolue.

Tu sais, je m’ennuie, mais je crois en moi maintenant. Je crois en mes capacités, en mon talent, en ma force, mais je crois aussi en mes faiblesses bien présentes. Mon talon d’Achille tu pourras facilement le trouver si tu cherches un peu, mais crois-moi, j’en ai conscience et il ne m’empêchera plus d’avancer. Mes pieds auront vu bien pire et toujours, ils s’adapteront et me supporteront vers de meilleurs horizons.

 

Ça fait que je ne suis pas encore persuadée à 100%, mais j’ai décidé de croire en moi. J’ai décidé de me donner une chance et de me laisser tenter par les opportunités. J’ai décidé d’essayer encore plus fort, mais cette fois-ci, pour moi. Parce que je suis la personne la mieux placée pour y croire. Pis j’te jure que cette décision-là ne me fait pas plaisir, parce qu’elle me fait peur.

J’ai peur de ne pas réussir, j’ai peur que mes faiblesses prennent le dessus, j’ai peur de ne pas être «assez». Il y a des jours où je pleure, où tout va mal et j’ai le goût d’abandonner, mais le lendemain je recommence. C’est un combat de tous les jours croire en soi, mais c’est aussi la plus belle affaire du monde.

Croire en soi c’est faire confiance en son instinct, c’est être convaincu qu’on va encaisser la tempête et qu’on va passer au travers. Croire en soi, c’est savoir bien s’entourer et faire confiance. Croire en soi, c’est s’accepter avec ses qualités, ses défauts et les apprécier. Croire en soi, c’est faire de son mieux et sortir de sa zone de confort. C’est vouloir s’améliorer, mais toujours rester authentique.

Croire en soi c’est connaître et nourrir sa propre nature.

 

Pour ne pas manquer nos prochains articles Psycho, inscris-toi à notre infolettre!

Commentaires