La vie sans maquillage

Le 6 juin dernier avait une fois de plus lieu la Journée sans maquillage, une initiative lancée il y a quelques années dans le but de promouvoir l’acceptation de soi. Un effort louable, j’en conviens, mais qui a l’effet contraire sur moi. En fait, je ne me maquille pratiquement jamais. Qu’une journée sans maquillage existe me fait sentir anormale. Anormale de ne pas me maquiller tous les jours, alors que c’est l’objectif inverse qui est visé par cet événement.

Le fait qu’on souligne pendant une journée qu’il est «acceptable» de sortir de la maison sans être maquillée me décourage. Alors qu’on dit aux filles de s’accepter comme elles sont, cet événement m’apparaît contradictoire: le sous-message que je capte est qu’il faut du courage pour sortir le visage nu. On est même rendu au point où on félicite les célébrités qui publient des photos d’elles sans maquillage sur les réseaux sociaux. Really? En voulant bien faire et montrer que les filles sont belles au naturel, on laisse plutôt sous-entendre que beaucoup de volonté est requise pour se présenter sous son vrai jour.

Loin de moi l’idée de condamner celles qui se maquillent, même que je trouve qu’il s’agit en quelque sorte d’une forme d’art. Je suis d’ailleurs reconnaissante envers les YouTubeuses grâce auxquelles j’arrive à ne pas avoir l’air d’un clown (!) si je choisis de faire l’effort de me maquiller pour une occasion spéciale. Ces filles sont véritablement passionnées par ce qu’elles font et m’aident pendant les rares fois de l’année où je décide d’appliquer des produits autres qu’un nettoyant et une crème hydratante. Cependant, je ne partage pas du tout cette passion pour les cosmétiques et je ne ressens pas le besoin d’en utiliser.

Ce n’est pas naturel pour moi de mettre une couche de produits sur mon visage, sans parler qu’il y a la plupart du temps une tonne d’ingrédients dangereux imprononçables qui se cachent à l’intérieur. Et il n’y a simplement pas de place dans mon horaire quotidien pour passer du temps devant le miroir à gérer le maquillage.

 

 

J’ai du mal à comprendre le but de se pouponner un lundi matin afin d’aller s’asseoir toute la journée devant un ordinateur. C’est un concept qui ne me rentre pas dans la tête. Je ne considère pas qu’un jour de semaine mérite que je prenne de mon précieux temps pour me maquiller. Être plus girly une fois de temps en temps, oui, mais sur une base quotidienne, non. Tant pis si j’ai l’air fatiguée! Est-ce vraiment un drame d’être cernée? Je trouve plutôt ironique le fait de se maquiller pour ne pas avoir l’air drainée au lieu d’en profiter afin de dormir plus longtemps.

Bref, j’ai hâte au moment où ce genre de journée n’existera plus. En voulant bien faire, on ne fait qu’enfoncer le clou. La société dicte constamment aux filles quoi faire, même quand il s’agit de leur dire quand ne PAS se maquiller. Il me semble qu’on se complique la vie pour rien. Tu as envie de te maquiller? Maquille-toi! Tu préfères laisser ton visage nu? Fais-le! Le pire qu’il pourrait arriver, c’est que tu aies l’air fatiguée au bureau. Je pense que ton employeur t’a engagée parce que tu es compétente, et non pas parce que tu sais comment bien appliquer du cache-cernes.

 

Pour ne pas manquer nos prochains articles, inscris-toi à notre infolettre!

Commentaires

Fannie Legault Poisson Langagière créative, animal lover et fan finie de Coldplay. La vie de tous les jours l'inspire à écrire des articles empreints d'humour.