0

Lettre à mon corps

Mon bel ami, au courant des dernières années nous avons eu notre lot de différents. On s’est chicané, on s’est boudé. On s’est mal compris. En prenant du recul mon amour, je me rends compte que je suis malheureusement la seule fautive et c’est à moi de sortir de drapeau blanc. Je te dois des excuses.

Combien de fois, dans la dernière décennie seulement, t’ai-je accablé de reproches? J’ai perdu le compte au bout de quelques jours seulement. C’est fou, j’ai littéralement passé mon adolescence à t’examiner, et ce, toujours avec des yeux remplis de jugement et de dédain. Je pouvais passer des journées entières à te critiquer, à te dire que tu ne méritais pas un beau petit short en jeans et à essayer de te cacher. Combien de fois on a porté des vêtements amples et noirs? Canicule ou pas, je te camouflais de pantalons longs et je te rajoutais toujours une veste lousse par dessus; pas question d’exhiber ton gras de bras ou tes jambes joufflues!

Pauvre toi. J’étais constamment insatisfaite de ton apparence alors que tu essayais de faire de ton mieux avec ce que moi je te donnais. Tu ne me demandais qu’une petite tape dans le dos, qu’un mot d’encouragement, mais j’étais malheureusement trop absorbée par des idéaux hors de portée. J’étais trop égoïste pour prendre ma part de responsabilités.

Ça m’aura pris 27 ans pour finalement comprendre que c’est d’une grosse caresse et d’une bonne dose d’affection dont tu avais tant de besoin. Mon beau corps d’amour, aujourd’hui je t’écris pour te remercier. Merci de ne jamais m’avoir lâché malgré mon sale caractère et toutes ses années d’insubordination et de mauvais traitements. Grâce à ton acharnement et ton sens du pardon, tu as été en mesure de me faire réaliser qu’il n’est jamais trop tard pour s’aimer et s’apprivoiser. Maintenant, je le sais, je le sens. Notre relation, elle se doit d’être basée sur l’échange, l’équilibre et la compréhension.

 

 

Lentement, mais sûrement, j’apprends à être à l’écoute de tes besoins. Tu aimes bouger, tu aimes te sentir vivant. Tu aimes faire circuler l’énergie qui t’habite. Ça a l’air que tu es constitué de toutes sortes de chakras et de différents points d’équilibre, c’est cool à savoir. Je comprends aussi que tu as besoin de pauses et temps pour souffler quand je viens à t’étourdir avec mes 46 000 tâches. Ensemble, je sens qu’on progresse tranquillement… Cette année on a appris à s’arrêter et à respirer: vivement le yoga et les prises de conscience! Inspirer, expirer et lâcher prise: quel bonheur! Je pense qu’on commence enfin à faire une méchante bonne équipe! De mon côté, je m’instruis et je travaille fort à nous garder motivés et actifs. Du tien, tu me récompenses avec une plus grande force musculaire accompagnée de grands sentiments de bien-être.

Je sais maintenant que tu as besoin de nutriments pour veiller à mon bon fonctionnement. Tu aimes le kale, les épinards, les graines de chia, les betteraves et les patates douces. Tu es un foodie assumé, mais on ne te gavera pas de n’importe quoi! J’ai bien fini par comprendre que si je te bourre de bière, de sel et de gros gras trans, les chances sont que tu seras très peu productif en retour. Tu te sentiras ballonné et faible, mais moi j’ai besoin que tu sois solide pour m’aider à accomplir tous mes projets. Je vois en toi un partenaire de confiance. Tu es ma machine et tous mes outils, et je me dois de veiller à ton entretien.

Côté sommeil cependant, on repassera! Parfois j’ai l’impression qu’avec nous deux c’est peine perdue. Je sais que tu as besoin de repos, mais souvent je m’étends sur le dos avec les meilleures intentions du monde et malgré le huit heures dont on dispose, on se retrouve dans l’impossibilité de se laisser aller vers Morphée. Il semblerait qu’on est encore un peu hyperactif toi et moi, mais je travaille là-dessus, t’inquiète. Une chose à la fois.

Mon corps, mon plus fidèle partenaire, je veux que tu saches que je t’aime. Ce n’est pas arrivé du jour au lendemain, j’ai dû apprendre à te connaître, mais j’ai découvert en toi un allier précieux et je te fais la promesse de veiller à tes besoins tout au long de notre vie commune, et ce pour le meilleur et pour le pire. Main dans la main, on va traverser les maux et la vieillesse, mais avant, on a encore tellement d’autres belles aventures à vivre. Dire qu’un jour, tu rassembleras toutes tes forces pour nous créer un petit être d’amour. Ça me donne des frissons rien qu’à y penser. Tu es épatant mon corps. Maintenant que je comprends toute la force reliée à ton potentiel, je ne peux faire autrement que de prendre soin de toi, de nous.

Encore une fois, merci.

Pour te sentir mieux dans ta peau, inscris-toi à notre infolettre!

Commentaires

Karine Boileau Bachelière en communication et agente de bord, Karine fait son jogging dans différents fuseaux horaires en multipliant les pique-niques accompagnés de cava!