0

#sorrynotsorry: Je suis orgueilleuse

J’irai pas par quatre chemins, je vais être claire tout de suite: j’ai toujours raison. Ok, pas TOUT LE TEMPS, mais presque. Et ne viens pas me dire le contraire, j’haïs ça! Qu’on me prenne en défaut est un supplice que j’ai du mal à tolérer, alors quand quelqu’un me le fait remarquer, c’est pas drôle. T’auras compris que je suis orgueilleuse, mais alors là, il ne s’en fait pas des pires que moi!

 

 

Sans blague, je déteste me rendre compte que je n’ai pas raison. Si je comprends que je m’obstine avec quelqu’un pour rien parce que clairement, je suis dans le tort, je suis du genre à être celle qui répond: «En tout cas, je ne pense pas, mais si tu le dis.» N’est-ce pas la pire réponse de fille qui sait qui a tort, mais qui ne veut vraiment pas l’admettre? Pour vrai, cette affirmation ne convainc personne, et j’ai juste l’air un peu nounoune au bout du compte. Mais en tant qu’orgueilleuse professionnelle, tous les moyens sont bons pour éviter d’avouer que je n’ai pas raison!

 

 

Mon orgueil me pousse d’ailleurs à être plus perfectionniste parce que je n’aime pas ne pas réussir quelque chose. L’échec n’est pas une option pour moi. Ce qui me pousse d’ailleurs à croire que lorsque quelque chose ne fonctionne pas, c’est forcément la faute de quelqu’un ou de quelque chose d’autre, mais certainement pas la mienne! Une faute s’est glissée dans l’un de mes textes? C’est la faute d’Antidote qui l’a loupée, c’est sûr! Je t’ai donné une fausse information? Ah non, c’est certainement toi qui as mal compris ce que je t’ai dit! Mais il ne faut pas se leurrer: dans ma tête, pendant que je nie mon implication dans la situation, je sais clairement que je suis à blâmer et je m’en veux comme c’est pas possible. L’erreur est humaine, mais pas pour moi.

 

 

Heureusement, l’orgueil n’a pas que des mauvais côtés. Certes, j’ai un peu l’air d’un monstre comme ça, mais si ce n’était pas de mon orgueil, je ne serais pas celle que je suis. Comme je l’ai dit, mon orgueil me pousse à la perfection et à ne pas vouloir être moins bonne qu’une autre personne. C’est précisément ce qui me pousse à avancer et à me battre pour obtenir quelque chose, parce que sinon, je vous l’ai déjà dit, je suis quelqu’un d’extrêmement lâche. Alors la bonne nouvelle, c’est que mon orgueil et ma lâcheté forment une balance parfaite!

Oui, je suis orgueilleuse et ça peut parfois faire de moi une personne hyper obstinée, soupe au lait et impossible, mais ça fait aussi partie de mon charme! #sorrynotsorry

 

Pour ne pas manquer les prochaines chroniques d’Alexandra, inscris-toi à notre infolettre!

Commentaires

Alexandra Nadeau-Gagnon Auteure, rédactrice et réviseure. Alexandra aime lire, aller au ciné, boire du thé et flatter ses chats.